DRNU

DRNU


A l’instar des autres pays du sahel, le Sénégal est exposé à des chocs récurrents et sévères ayant des impacts négatifs considérables sur les ménages pauvres de manière chronique et de manière transitoire sur les non pauvres. Avec la volonté de l’Etat du Sénégal d’en faire l’outil institutionnel de ciblage des bénéficiaires des projets et programmes sociaux, le Rgistre National Unique (RNU) est de plus en plus utilisé dans diverses interventions. C’est le cas des projets de réponse aux chocs : pilotes incendie et inondation, Accès à l’électricité (PASE, SENELEC, MCA), Accès à l’assainissement (PEAMIR), Assistance alimentaires riposte COVID19, programme de résilience agricole PAMAIS, PUSA, Cash Transfert Exceptionnel.

Récemment, la pandémie de la COVID_19 a démontré toute la pertinence du RNU qui permet en cas de survenance d’un choc de déployer rapidement et avec précision l’assistance aux ménages affectés.

Avec l’institutionnalisation du RNU, à travers le Décret 2021-1052 du 02 Août 2021 relatif au Registre national unique, de nouveaux chantiers s’imposent. Ainsi, parallèlement aux mises à jour régulières, le RNU entreprend une extension de sa base de données à 1 million de ménages vulnérables d’ici à la fin de l’année 2022 afin de satisfaire au mieux aux besoins d’information des projets/programmes à vocation sociale.

Bilan mise à jour des données du Registre national unique (RNU) pour l’ensemble des14 régions

Ces 4 dernières années, les principales activités du RNU ont tourné autour de la mise à jour (combiné avec son extension à tous les ménages pauvres), du déploiement de son Système d’Information et de Gestion (SIG) et de son utilisation dans le cadre du ciblage des populations vulnérables par les programmes de filets sociaux.

La mise à jour a été entamées en 2018 dans les régions de Kaffrine, Kaolack, Matam et Tambacounda. En 2020, elles se sont poursuivies dans les autres régions et ont été bouclées en 2021 dans les régions de Kédougou et de Kolda et ont permis de porter le nombre de ménages inscrits à 541 192.

La mise à jour a permis de corriger les erreurs matérielles, d’inclusion et d’exclusion, de répondre aux besoins des programmes, et d’assurer la fiabilité et la validité des données dans le temps.

Méthodologie de mise à jour et d’extension du RNU

L’approche méthodologique retenue est basée sur le triptyque Ciblage géographique, Ciblage communautaire et Enquêtes et scoring.

Ciblage géographique : Il correspond à la détermination du nombre de ménages vulnérables à identifier par commune en fonction des données sur la vulnérabilité et la taille démographique. Un ménage est considéré comme vulnérable s’il a une probabilité de 50 % ou plus de tomber dans la pauvreté au cours des deux prochaines années. Cette probabilité est estimée en fonction de la volatilité de sa consommation sur une période.

L’indicateur de vulnérabilité est calculé à partir des données EHCVM 2018 et du recensement de la population et combine trois déterminants de la vulnérabilité : la pauvreté chronique, l’exposition aux chocs covariants et l’exposition aux chocs idiosyncratiques.

Ciblage communautaire : L’identification des ménages pour l’extension se fait suivant l’approche classique qui implique les comités de ciblage (régionaux, départementaux, communaux et de quartier ou de village) et les assemblées villageoises ou de quartier. Cette activité sera facilitée par des opérateurs sociaux (OS) ou autres acteurs communautaires1

Les quotas globaux de chaque commune (quota pauvre et quota vulnérable) sont transmis aux autorités administratives pour leurs répartitions par quartier ou village par le comité communal. Chaque commune alloue à ses comités de ciblage de quartier ou de village, le nombre de ménages à identifier, de telle sorte que la totalité des ménages identifiés par les comités de ciblage au sein d’une même commune soit égal au quota de la commune transmis par la DGPSN.

La liste des ménages déjà enregistrés dans le RNU pour chaque quartier ou village est mise à la disposition des comités pour éviter les doublons.

Les listes des différentes interventions relatives aux réponses aux chocs (bénéficiaires extension pandémie COVID, inondations, insécurité alimentaire, incendie) ou autres couches spécifiques sont également transmises aux comités afin de les prioriser dans l’identification des ménages vulnérables à inscrire au niveau du RNU.

Les comités de ciblage se réunissent alors pour élaborer la liste des ménages pauvres et/ou vulnérables non encore inscrits au niveau du RNU en fonction de leurs quotas. Cette liste est validée d’abord au niveau communautaire lors d’une assemblée villageoise ou de quartier, ensuite au niveau communal par les autorités territoriales puis par les Autorités administratives.

Enquêtes et scoring : Une fois les listes établies (validées, consolidées et apurées), des enquêtes sont effectuées auprès de tous les ménages identifiés par les comités. L’enquête comprend des questions relatives à la composition démographique, accès aux services sociaux de base, niveau d’éducation, activité productives, possession de terre/bétail, caractéristiques du logement, possession de biens durables, aux chocs et stratégies d’adaptation… Une formule de scoring appelé Proxy Means Test (PMT) se basant sur un nombre réduit de caractéristiques vérifiables corrélés à la consommation, permet de déterminer un score pour chaque ménage2. Plus le score est faible, plus le ménage est vulnérable, plus le score est élevé, moins le ménage est vulnérable. Un classement (ranking) par commune est fait pour l’ensemble des ménages. Ce scoring est donc une mesure par approximation de la consommation par tête de chaque ménage.

Une révision de la fiche unifiée est effectuée pour intégrer de nouvelles variables, notamment : les coordonnées GPS des localités, les numéros téléphones des membres du ménage, la possession de compte mobile.

Institutionnalisation du RNU

L’institutionnalisation du RNU est rendue effective par le décret n° 2021-1052 du 02 aout 2021. A ce titre, au-delà de consacrer le RNU comme unique base de ciblage des politiques sociales, le décret renforce l’équité, la transparence et la légitimité sociale du RNU.

Actuellement, le RNU est utilisé par près de 27 projet et programmes du Gouvernement et des Partenaires dans le cadre de leurs interventions sociales.

Conformément à l’article 4 du décret n° 2021-1052 du 02 août 2021 relatif au Registre national unique un Comité de Suivi chargé notamment de proposer les orientations stratégiques et d’apprécier le fonctionnement du RNU en vue de son amélioration a été mis en place par arrêté du Ministre chargé de l’Equité sociale qui précise ses règles d’organisation et de fonctionnement.

L’encadrement juridique du RNU contribue à la sécurité des données, la mise à niveau du SIG, et l’amélioration du cadre de pilotage.

1 Dans les régions de Saint-Louis, Louga et Matam les services du développement communautaire vont se substituer aux OS.

2 La formule du scoring (test de revenu indirect, ou PMT) est obtenue à partir des données de l’Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal (ESPS-II), de façon indépendante pour les ménages urbains et ruraux.